Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
DavidDubreuil.com
DavidDubreuil.com
Menu
Les leçons de l'Amérique - Episode II

Les leçons de l'Amérique - Episode II

Avec un carburant deux fois moins cher, les ambitions sont deux fois plus grandes !

Avec un carburant deux fois moins cher, les ambitions sont deux fois plus grandes !

Mon histoire commence à l’aéroport de Houston, Texas.

Des routes gigantesques donnent à la circulation un aspect que l’on a complètement oublié chez nous. Des véhicules roulant vite, en toute liberté de mouvement, sans embouteillage. Nombre d’entre-eux, sont équipés d’attelages très divers : remorques, machine-outils en tous genres, caravanes en alu, et bien sûr bateaux. Visiblement, la législation sur le remorquage n’est pas aussi contraignante que chez nous. Premier plein de carburant et premier élément d’analyse : l’essence est deux fois et demi moins cher que chez nous. Enfin, les texans utilisent autant leur « truck » comme outil de travail la semaine, que pour tracter leurs bateaux le week-end. Pour vivre là-bas sans pick-up, du moins sans 4x4, il faut être citadin et n’avoir aucune activité de pleine nature, sinon c’est tout bonnement impensable. Avez-vous remarqué que j’ai écrit « leurs bateaux » au pluriel, les pêcheurs en ont souvent deux parfois trois : une coque alu plate pour les rivières et les marais, un open pour le redfish en mer et un bass boat en fibre pour les lacs et la compétition. Car contrairement à ce que de nombreux français pensent, le pouvoir d’achat d’un simple ouvrier américain est bien plus important que celui des son homologue européen. Un employé dans le sud des US est souvent propriétaire de sa maison, il possède deux à trois véhicules et bien sûr plusieurs bateaux.

Les leçons de l'Amérique - Episode II

De ce côté-ci du Texas, les plaines arides de mon imaginaire n’existent pas. L’arrivée en Louisiane se fait donc graduellement, en contact visuel durant tout le trajet avec les marais, les zones humides, douces, salées et saumâtres. Si bien que lorsque que l’on arrive à destination, seuls les majestueux cyprès nous indiquent que nous sommes arrivés à bon port.

Concernant la pêche à proprement parler, je ne sais vraiment pas par où commencer tellement tout est mieux là-bas. Je vais évoquer des points particuliers, en vrac et vous les décrire. En les assemblant, vous aurez je l’espère une image plus nette de ce qu’est réellement la pêche dans le sud des États-Unis.

Les leçons de l'Amérique - Episode II

Commençons par le commencement : les mises à l’eau.
La plupart sont adaptés aux bateaux, ça paraît tout bête dit comme ça, mais c’est loin d’être partout le cas chez nous.
Certaines sont gratuites, certaines sont payantes : entre $3 et $5 généralement. On glisse simplement les dollars dans une boite aux lettres. La probité des pêcheurs est exemplaire, je n’ai vu personne tenter de resquiller.
Certaines, plus sophistiquées, font appel à une enveloppe numérotée et un numéro que l’on accroche au rétroviseur central du véhicule.
Ça paraît bête encore une fois, mais toutes les mises à l'eau ont un parking permettant de recevoir plusieurs dizaines de gros véhicules attelés. L’argent liquide collecté sert directement et sans intermédiaire à entretenir la mise à l’eau et le parking.
Bien évidemment, il n’y pas de taxe de navigation,

Mise à l'eau classique là-bas, permettant de mettre à l'eau quatre bateaux simultanément, et un vrai parking permettant de recevoir, une petite cinquantaine de trucks attelés.

Mise à l'eau classique là-bas, permettant de mettre à l'eau quatre bateaux simultanément, et un vrai parking permettant de recevoir, une petite cinquantaine de trucks attelés.

A suivre...